Coin technique - Poids & alimentation



Dépense calorique

Le présent outil de calcul se base sur une étude de dépense énergétique réalisée par Mc Ardle, WD et al in Exercise Phsiology 3rd Ed., Lea und Febiger eds., en 1991. la nature du terrain, la température, l'humidité et d'autres facteurs peuvent également influencer  cette dépense, tu pourras constater que le facteur "vitesse" n'a qu'une incidence minimale sur le résultat.

Poids (kg)         Distance ( km)         Temps (min.)  


Kcal/heure       Total kcal  

Perte de poids

Faire des sorties longues avec fréquence cardiaque située dans la fourchette de 50 à 70 % de la Fréquence Maxi

Ration calorique

Le sportif a besoin d'une ration calorique plus élevée que la moyenne à cause des dépenses énergétiques effectuées au cours des séances d'entraînement.

Sachant que la consommation moyenne d'un sédentaire est de 1 800 à 2 000 calories par jour, vous devrez rajouter les calories brulées lors des scéances d'entraînement, mais aussi celles consommées lors de votre activité professionnelle.

Composition des repas

Elle obéit à des règles simples et repose essentiellement sur l'équilibre entre les glucides, les lipides et les protéines.

Les glucides : le repas d'un sportif doit comporter des quantités de sucres lents, comme les pâtes, le riz, le pain, les pommes de terre, mais les sucres rapides peuvent être limités sans inconvénient.

Les lipides sont importants, car ils constituent un carburant privilégié ; les sportifs les craignent, car ils les accusent de les faire grossir ou d'être peu digestes, mais ils jouent un rôle indispensable ; il faut privilégier les graisses d'origine végétale.

Les protéines sont, bien sûr, nécessaires, mais les sportifs ont tendance à en abuser, pensant augmenter ainsi leur masse musculaire. Là encore, ils peuvent avoir des déconvenues : l'alimentation doit d'abord couvrir les dépenses d'énergie journalières, et le surplus peut servir éventuellement à faire du muscle. Une consommation excessive de protéines n'a aucun intérêt, car, au-delà d'un certain pourcentage (environ 20% de la ration alimentaire), elles sont détruites et éliminées. Il est donc important de respecter les répartitions habituelles et de ne pas privilégier un type d'aliments.